Contacts & Renseignements! +228 99840225
Recherche
Avancée
Violences conjugales: Quelles conséquences sur les enfants?

Violences conjugales: Quelles conséquences sur les enfants?

  • août 22, 2022
  • 0 j'aime
  • 391 Vues
  • 0 Commentaire

Bien que les situations de violence se déroulent plus souvent entre les parents, les enfants exposés n’en sont pas moins impactés. Ils sont désignés « victimes indirectes » de la violence conjugale. Quelque soit leur niveau de développement ou âge, ils la ressentent et en sont touchés. Les impacts sont par ailleurs fonction de la durée et de l’intensité d’exposition à la violence conjugale.

Les conséquences sont d’ordre psychopathologique, cognitif et scolaire, emotionnel et affectif et d’ordre comportemental et des relations sociales.

Conséquences sur le plan psychopathologique

Au plan psychopathologiquel’enfant exposé aux violences entre les parents présente des symptômes psycho traumatiques. Il peut également présenter des signes de dépression et d’anxiété.

Sur le plan cognitif et scolaire

Les difficultés d’apprentissage, de concentration sont présents chez ces enfants. On note également un déficit d’attention et hyperactivité, ce qui conduira inévitablement à un faible rendement scolaire puis des échecs scolaires répétés.

Sur le plan émotionnel et affectif 

Les enfants temoins de violences conjugales éprouveront des difficultés d’identification et de gestion des émotions et auront des accès colérique fréquents, une intolérance à la frustration et une incapacité à faire preuve d’empathie envers les autres.

Sur le plan comportemental et des relations sociales 

L’agressivité est présente chez ces enfants. Le recours à la violence comme moyen de résolution des problèmes est récurrent. Sont également présents chez ces enfants, une faible estime de soi, des comportements antisociaux et des difficultés d’attachement et de construction de relations interpersonnelles stables.

Qu’ils soient garçons ou filles, la perception de la violence conjugale entre les parents est vécu de manières totalement différentes. Les facteurs favorisant ce schéma nuancé sont généralement les pesanteurs sociaux tels que les rôles sociaux attendus de la fille et du garçon, les valeurs associées à la féminité-soumission– et à la masculinité-autorité.

Chez la Fille :                                                                                               

  • Intériorisation des conséquences : passivité, repli sur soi
  • Attitude de victimisation : adaptation aux désirs d’autrui ou du conjoint, soumission pour une reconnaissance sociale
  • Mode de fonctionnement identique dans les relations amoureuses à l’adolescence et dans le couple à l’âge adulte

Chez le Garçon :

  • Extériorisation du ressenti, du problème
  • Tendance à la domination, au contrôle : comportements agressifs et violents
  • Reproduction du même mode fonctionnement dans les relations amoureuses à l’adolescence et dans le couple à l’âge adulte

  • Partager:

Laisser votre commentaire