Contacts & Renseignements! +228 99840225
Recherche
Avancée
Mon enfant continue de faire pipi au lit: dois-je m’inquiéter ?

Mon enfant continue de faire pipi au lit: dois-je m’inquiéter ?

  • juin 6, 2022
  • 0 j'aime
  • 376 Vues
  • 0 Commentaire

L’énurésie est une anomalie courante qui touche particulièrement plus les enfants même si on en rencontre chez certains adultes et personnes âgées. La prévalence de l’énurésie se situe autour de 5 -10 % chez les enfants de 5 ans, 3 – 5 % parmi ceux de 10 ans, et autour de 1 % parmi les sujets âgés de 15 ans et plus. L’énurésie survient lorsqu’un enfant qui atteind l’âge de contrôler sa vessie urine de façon répétitive, involontaire ou délibérée pendant son sommeil.

Il s’agit d’une incapacité à retenir ses urines normalement conduisant alors à une perte involontaire ou délibérée de celles-ci. On utilise généralement l’expression « faire pipi au lit » ou encore incontinence urinaire pour désigner l’énurésie. On distingue deux types d’énurésies:

  • l’énurésie primaire : l’enfant n’a jamais été propre et n’a jamais quitté les couches durant la nuit.
  • l’énurésie secondaire : dans ce cas l’enfant ne faisait plus pipi au lit depuis un bon moment ( plusieurs mois ou années).

Les adultes aussi peuvent souffrir d’incontinence urinaire suite à une perte de contrôle de leur vessie. Ceci peut être dû au diabète, aux effets secondaires de certains médicaments, le cancer de la prostate etc…

L’énurésie est-elle un trouble?

Selon les critères diagnostiques de la cinquième édition du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, DSM-V, pour que l’énurésie, qui se trouve dans le groupe diagnostique des troubles du contrôle sphinctérien, soit diagnostiquée comme un trouble il faut que les conditions suivantes soient remplies:

A. Mictions répétées au lit ou dans les vêtements, qu’elles soient involontaires ou délibérées.
B. Le comportement est cliniquement significatif, comme en témoigne soit une fréquence de 2 fois par semaine pendant au moins 3 mois consécutifs, soit la présence d’une détresse cliniquement significative ou d’une altération du fonctionnement social, scolaire ou dans d’autres domaines importants.
C. L’enfant a un âge chronologique d’au moins 5 ans ou un niveau de développement équivalent.
D. Le comportement n’est pas imputable ni aux effets physiologiques d’une substance, ni à une autre affection médicale.

Comment expliquons-nous la survenue de l’énurésie chez un enfant?

Trois facteurs de risques sont régulièrement avancés pour expliquer la survenue de l’énurésie chez un enfant. Les facteurs génétiques sont les plus importants dans l’étiologie de l’énurésie nocturne, mais les facteurs physiologiques et psychosociaux ont un effet modulateur majeur.

  • les facteurs génétiques: le risque d’énurésie nocturne durant l’enfance est environ 3,6 fois plus élevé chez les enfants dont les mères étaient énurétiques et 10,1 fois plus élevé si le père a des antécédents d’incontinence urinaire. L’importance du risque pour l’énurésie nocturne et l’incontinence diurne est similaire. Le plus souvent, l’énurésie nocturne est héritée via un mode de transmission autosomique dominant avec une pénétrance élevée (90 %). Cependant, un tiers des cas sont sporadiques, et la différence entre les formes sporadiques et familiales n’est pas connue.
  • les facteurs physiologiques: l’ énurésie a été associé au retard du développement des rythmes circadiens normaux , c’est-à-dire au retard de l’horloge biologique interne de l’organisme, de la production urinaire aboutissant à une polyurie nocturne. Elle est également associée à des anomalies de la sensibilité des récepteurs centraux de la vasopressine, et à une réduction des capacités fonctionnelles de la vessie avec une vessie hyperréactive qui tente d’évacuer l’urine même quand elle n’est pas pleine, on parle du syndrome de la vessie instable.
  • les facteurs environnementaux et psychosociaux: ici, il est question de l’acquisition de la notion de la propreté et des facteurs psychosociaux qui peuvent intervenir dans la survenue de l’énurésie chez un enfant. Selon des études, 90% des enfants acquièrent la propreté duirne et nocturne à l’âge de 5ans. Au même moment on observe un retard dans l’ apprentissage de la propreté chez certains enfants. Cela peut être également lié à une négligence des parents d’inculquer un apprentissage de la propreté à leur enfant dès le bas âge.

La survenue de l’énurésie chez un enfant est dès fois liée à des facteurs d’ordre émotionnels ou psychosociaux. Ces facteurs sont souvent à associés à une énurésie secondaire, l’enfant avait entre temps arrêté de faire pipi au lit durant des mois ou années avant de reprendre. Il s’agit des changements importants, évènements ou conflits familiaux qui surviennent dans la vie.

Les répercussions de l’énurésie sur l’enfant

L’énurésie peut avoir d’importantes répercussions sur la vie affective, sociale et scolaire de l’enfant. Mais il est à noter que l’ importance de la perturbation liée à l’énurésie est fonction de la limitation des activités sociales de l’enfant qu’elle entraîne, de ses effets sur l’estime de soi de l’enfant, des réactions de colère, de punitions et de rejet chez ceux qui s’occupent de l’enfant, et de la réaction de rejet social par les pairs. Selon certaines recherches, les parents des enfants énurétiques décrivent leurs enfants comme étant plus anxieux, plus tristes, plus réservés ou agités. Globalement, l’énurésie a un impact sur la vie  sociale de leur enfant et cet impact est beaucoup plus remarqué chez les adolescents.

Même si faire pipi au lit n’a pas forcément des causes psychologiques, elle a un retentissement psychologique important , les enfants se sentent honteux et perdent confiance en eux.

  Traitement

La prise en charge de l’énurésie commence d’abord par une évaluation adéquate de l’ énurésie de votre enfant. Le premier réflexe à adopter est d’aller voir un pédiatre ou un urologue pour une évaluation anatomique et médicale de l’appareil génital de votre enfant.

A la suite de l’examen médical, s’il y a présence d’anomalie anatomique ou physiologique, la prise en charge va comporter :

  • des mesures d’hygiène mictionnelle,
  • un traitement médicamenteux,
  • ou une physiothérapie avec pour objectif de renforcer le plancher pelvien et l’appréhension du contrôle de la vessie dans le cas de l’énurésie nocturne chez l’adulte ou l’adolescent.

En l’absence d’anomalies anatomiques et physiologiques, le traiment se présente comme suit:

Il est important d’avoir à l’esprit que la prise en charge de l’énurésie ne sera proposée qu’à un enfant désireux de guérir et qu’il ne faut surtout pas prendre sur soi, à la place d’un enfant passif, les efforts nécessaires à l’amélioration de son mal. Soit, il faut travailler la motivation de l’enfant à obtenir des changements.

  1. une modification des habitudes, bannissement des couches ou protection des matelas, limitation des boissons après 18 heures, le fait de vider sa vessie avant d’aller au lit, incitation à se réveiller la nuit pour aller au toilettes lorsque le besoin est ressenti.
  2. Le conditionnement par alarme: il va consister à créer un mécanisme de conditionnement du cerveau de l’enfant avec la sonnerie d’alarme afin qu’il puisse se réveiller et vider sa vessie à une heure ou des heures précises au cours de la nuit. Tout cela est soutenu par un mécanisme de renforcement positif pour amener l’enfant à s’impliquer dans sa prise en charge afin d’obtenir les changements visés.
  3. La psychothérapie: elle va consister à motiver l’enfant dans l’apprentissage de la propreté et à mettre en place un environnement favorable pour l’enfant. Elle vise aussi à gérer d’éventuelles répercussions du trouble chez l’enfant.

Références :

guide>l’enuresie »>htpps://noctea.com>guide>l’enuresie

CONSULTATION POUR ENURESIE Rémesy (chu-toulouse.fr)

The genetics of enuresis: a review – PubMed (nih.gov)

Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux, DSM-V

https://www.sphere-sante.com/pipi-au-lit/pipi-au-lit.html

Diplômé en psychologie de la santé, Rédacteur web santé

Laisser votre commentaire