Contacts & Renseignements! +228 99840225
Recherche
Avancée
Le burn-out parental : comprendre l’épuisement maternel ou parental

Le burn-out parental : comprendre l’épuisement maternel ou parental

  • février 20, 2023
  • 0 j'aime
  • 425 Vues
  • 0 Commentaire

Devenir mère et père n’est pas un rôle facile à jouer. La parentalité, étant un processus psychologique qui permet aux adultes devenant parents de répondre aux différents besoins des enfants,  demande que l’on fasse don de soi pour s’occuper de l’éducation de sa progéniture. Selon l’association des psychologues américains, la parentalité décrit trois objectifs principaux de l’éducation des enfants : garder les enfants en bonne santé et en sécurité, préparer les enfants à devenir des adultes indépendants, enseigner des valeurs qui correspondent à la culture des parents.

Être parent peut être merveilleux, mais cela peut aussi être stressant, et lorsque les parents n’ont pas les ressources nécessaires pour gérer les facteurs de stress liés au rôle parental, ils peuvent développer un épuisement parental. Cet état se caractérise par un épuisement accablant lié à leur rôle parental, une distanciation émotionnelle vis-à-vis de leurs enfants et un sentiment d’inefficacité parentale, Mikolajczak, 2019. Elle estime que le burn-out parental toucherait 5 % de mères et de pères, et 8 %  seraient à risque.

Selon burnoutparental.com, « Le burn-out parental est un syndrome qui touche les parents exposés à un stress parental chronique en l’absence de ressources suffisantes pour compenser ».

Il s’agit d’un épuisement physique et psychique ressenti dans l’exercice de son rôle de parent qui se manifeste par une fatigue intense, une incapacité de répondre aux sollicitations de ses enfants, un sentiment d’être dépassé, de ne plus être maître de sa propre vie à cause des enfants et un sentiment de ne plus en pouvoir.

Les symptômes du burn-out parental

Quatre symptômes permettent de l’identifier :

  • La saturation et la perte de plaisir dans son rôle de parent : le parent n’en peut plus d’être parent et il ne parvient plus à trouver du plaisir dans ce rôle. Il a un sentiment de trop plein et semble ne plus supporter son rôle de père ou de mère.

  • La distanciation affective avec ses enfants: le parent épuisé n’arrive plus à s’investir dans sa relation avec son/ses enfant(s). Il essaie juste de faire le minimum. Il prête moins attention à ce que ses enfants lui racontent ou les écoute d’une oreille distraite, il n’accorde plus (autant) d’importance à ce qu’ils vivent et ressentent, il ne s’implique plus (autant) dans leur éducation, il n’arrive plus (autant) à montrer à ses enfants combien il les aime.

  • L’épuisement émotionnel, cognitif et/ou physique dans son rôle de parent : le parent se sent épuisé, vidé. Il a le sentiment de ne plus pouvoir accomplir son rôle de parent et aurait aimé s’abriter dans un refuge.

  • Le contraste : le parent prend conscience qu’il n’est plus le parent qu’il était et encore moins celui qu’il voulait être. Il ne se reconnaît plus, il a honte du parent qu’il est devenu. Il y a un contraste entre le parent qu’il était et celui qu’il est aujourd’hui.

Les symptômes de l’épuisement parental sont généralement précédés des signes d’alertes tels que : crises d’angoisse,  fatigue et stress, dévalorisation parentale,  nervosité, culpabilité, distanciation affective, etc.

Tout le monde peut faire un burn-out parental, mais les personnes qui subissent déjà des facteurs de stress multiples, comme les parents célibataires, les parents d’enfants en situation d’handicap et les parents immigrants, sont plus à risque, selon le Consortium international de recherche sur l’épuisement parental dont sont membres Mikolajczak et Roskam.

Il est aussi important de savoir que la culture occidentale, qui est une culture  individualiste, le chacun pour soi, Dieu pour tous, joue un rôle plus important dans l’épuisement parental que les inégalités économiques, le nombre d’enfants et les compétences émotionnelles des parents, Roskam.

Conséquences du burn-out parental

Comme tous les autres problèmes de santé mentale, s’il n’est pas diagnostiqué et pris en charge à temps, le burn-out parental peut avoir de graves conséquences sur la santé physique et mentale de l’individu touché, ainsi que sur sa vie professionnelle, sociale, familiale et sur ses enfants. 

Selon burnoutparental.com, l’épuisement parental a souvent pour répercussions :

  • Au niveau du parent en souffrance

L’ augmentation significative des troubles du sommeil, des addictions et des idées suicidaires.

  • Au niveau de son partenaire

L’ augmentation des conflits avec le conjoint et des envies d’adultères.

  • Au niveau des enfants

L’ augmentation des comportements de négligence et de violences verbales et physiques à l’ égard des enfants.

 Quelques conseils pour mieux gérer le burn-out parental

Pour mieux gérer l’ épuisement parental, l’association des psychologues américains conseille de :

  • Parler de votre burn-out parental avec un proche ou professionnel de la santé mental

Le fait de parler ouvertement de ses sentiments d’épuisement peut faciliter le soutien social, une ressource indispensable pour les parents stressés qui manquent de moyens pour faire face à la situation. Mais il n’est pas toujours facile d’admettre que l’on est en difficulté, discuter de ses difficultés avec un thérapeute ou un proche vous permet de bénéficier d’un cadre bienveillant offrant un soutien émotionnel. 

  • Intégrer de petits changements dans votre quotidien 

Mikolajczak suggère de trouver des moyens plus modestes de réduire le niveau de stress. De petites modifications dans votre routine quotidienne peuvent vous permettre de rééquilibrer votre vie. Retrancher ou déléguer une activité à votre partenaire ou enfant peut constituer une bouée de sauvetage pour vous. De même, ajouter une activité récréative à votre routine hebdomadaire peut vous apporter une bouffée d’oxygène.

  • Améliorer nos compétences parentales

Selon M. Coyne, les parents devraient envisager d’ajouter des compétences à leur boîte à outils parentale. « Étant donné que l’épuisement professionnel est marqué par un décalage entre la façon dont vous exercez votre rôle parental aujourd’hui et celle que vous étiez auparavant, le développement de leurs compétences parentales peut donner aux parents un sentiment d’efficacité dans la réduction des facteurs de stress liés au rôle parental et, par conséquent, atténuer les sentiments d’épuisement professionnel », a-t-elle déclaré.

Selon Mme Roskam, la lecture de livres sur l’art d’être parent peut accroître les sentiments d’échec et de honte chez de nombreuses personnes, mais d’autres ressources peuvent apporter un regain de confiance bien nécessaire dans l’art d’être parent en fournissant des compétences ciblées. Renseignez-vous sur les séminaires locaux, demandez à l’école de votre enfant s’il existe des ressources en matière de santé mentale et d’éducation des enfants, ou trouvez un thérapeute qui utilise des programmes d’entraînement comportemental fondés sur des preuves pour l’éducation des enfants.

  • Arrêter d’être des parents parfaits

La recherche suggère que les parents qui sont perfectionnistes et ceux qui se mettent la pression connaissent des taux plus élevés d’épuisement professionnel (Sorkkila, M., & Aunola, K., Journal of Child and Family Studies, Vol. 29, 2020). Trouver des moyens pratiques de soulager cette pression peut réduire le risque de burnout.

Selon la psychologue Natalie Dattilo, les attentes irréalistes de certains parents augmentent leur charge de travail et sont parmi les premières choses que nous pouvons éliminer de notre assiette », afin de subir moins de pression dans notre parentalité.

Elle recommande couramment à ses patients d’éviter les déclarations du type « je devrais« , qui, selon elle, ajoutent de la honte. Par exemple, si vous êtes débordé et que vous vous dites que vous « devriez » passer plus de temps à jouer avec vos enfants, vous vous sentirez mal lorsque vous ne serez pas à la hauteur. Essayez de remplacer votre affirmation « devrait » par « Ce serait formidable si j’avais plus d’énergie pour jouer avec mes enfants« .

Références

https://www.healthyplace.com/parenting/parenting-skills-strategies/what-is-parenting-what-does-it-mean-to-be-a-parent

https://www.parents.fr/etre-parent/couple/psycho-couple/burn-out-parental-comment-le-reconnaitre-et-sen-sortir-909191

https://www.burnoutparental.com/le-burnout-parental

https://www.profamilia.ch/images/Downloads/Factsheets/Elterliches_Burnout_f_2022-V2.pdf

https://www.apa.org/monitor/2021/10/cover-parental-burnout

Mikolajczak, M., Gross, J.J., & Roskam, I. (2019). Parental Burnout: What Is It, and Why Does It Matter? Clinical Psychological Science, 7, 1319 – 1329.Roskam, I.,

Aguiar, J., Akgun, E., et al. Parental Burnout Around the Globe: a 42-Country Study. Affec Sci 2, 58–79 (2021). https://doi.org/10.1007/s42761-020-00028-4

  • Partager:

Laisser votre commentaire