Contacts & Renseignements! +228 99840225
Recherche
Avancée
Voici l’effet que le sommeil aura sur votre santé mentale

Voici l’effet que le sommeil aura sur votre santé mentale

  • juin 20, 2021
  • 2 j'aimes
  • 692 Vues
  • 0 Commentaire

Le sommeil représente plus d’un tiers de notre vie. Il est déterminant pour la croissance, la maturation cérébrale, le développement et la préservation de nos capacités cognitives. Il est essentiel pour l’ajustement de nombreuses sécrétions hormonales et pour le maintien de notre température interne.

Le sommeil, qu’est-ce c’est?

Il est défini comme une alternance entre un état naturel et un état récurrent de perte de conscience du monde extérieur, accompagnée d’une diminution  progressive du tonus musculaire, survenant à intervalles réguliers.

Il existe deux types de cycles :

  • Le cycle circadien : alternance entre l’état de veille et le sommeil et dure 24 heures.
  • Le cycle ultradien : alternance entre le sommeil lent et le sommeil paradoxal ; et de durée supérieure à 24h.

Les caractéristiques du sommeil

.Le sommeil comprend des phases

Stade 1 : Endormissement

La respiration devient plus lente, les muscles se relâchent, la conscience diminue. Durant ce stade de demi-sommeil, les muscles peuvent montrer de petites contractions, souvent avec l’impression de tomber dans le vide.

Stade 2 et 3: Le sommeil lent et léger

Le sommeil lent et léger, comme son nom l’indique, n’est pas très profond et il représente en principe 50% du temps de sommeil total. Il est encore facile de vous réveiller à ce moment, un bruit ou une lumière suffisent, mais vous vous souviendrez avoir dormi. Durant cette phase, les activités oculaires et musculaires se réduisent.

Stade 4 : Le sommeil profond

Le dormeur est isolé du monde extérieur par le sommeil, son activité cérébrale se réduit au minimum. Il est difficile de le réveiller durant cette phase. C’est le moment du cycle où l’on récupère le plus de la fatigue physique accumulée. Tout l’organisme est au repos et récupère. Le cerveau émet des ondes lentes et amples. Il représente environ 20-25% du temps de sommeil total et intervient avec le plus d’amplitude horaire en début de période de sommeil.

Stade 5 : Le sommeil paradoxal

Cette phase est appelée « paradoxal » car l’individu présente simultanément des signes de sommeil très profond et des signes d’éveil. L’activité cérébrale est très intense et nos yeux présentent des mouvements rapides incessants alors que nous sommes comme paralysés avec des muscles complétement atones. C’est la phase durant laquelle nous faisons les plus longs et les plus élaborés des rêves.

Les origines du sommeil

Autrefois, le sommeil était considéré comme induit par l’arrêt de sécrétion d’histamine, le neurotransmetteur qui permet au cerveau de rester en éveil. Il s’agit de la théorie « passive ». La régulation de l’alternance veille-sommeil est contrôlée par un double processus : homéostatique et circadien.

D’une part le processus circadien (véritable horloge biologique interne), s’aligne sur l’alternance du jour et de la nuit (rythme nycthéméral), au moyen des facteurs externes de synchronisation. Le rythme nycthéméral s’exprime dans l’ensemble de l’organisme par une baisse de température, grâce à une hormone cérébrale, la mélatonine, qui est synthétisée durant la nuit par la glande pinéale. L’horaire de sécrétion de cette hormone dépend en partie de facteurs génétiques (sujets du soir ou du matin), mais est également modulée par les stimuli extérieurs tels que la luminosité, l’apport alimentaire, la production de chaleur et l’entraînement social.

D’autre part, le processus homéostatique (la tendance à retourner vers un état d’équilibre) est une sorte de chronomètre qui fait alterner les périodes d’éveil et de sommeil. La propension au sommeil augmente progressivement au cours de la nuit, pendant le sommeil. Les mécanismes moléculaires à l’origine de ce processus homéostatique ne sont toutefois pas encore connus.

En pratique, la somnolence et le sommeil surviennent donc à cause de l’effet synergique de deux facteurs : éveil prolongé d’une part, et synchronisation au rythme circadien d’autre part.

Les bienfaits du sommeil

 Le sommeil a beaucoup de bienfaits:

  • Dormir permet de récupérer : ça paraît évident, mais à l’instar de nos smartphones, nous avons chaque nuit besoin de recharger nos batteries… afin de fonctionner efficacement et durablement !
  • Dormir permet donc de booster son système immunitaire pour se défendre des agressions et petits microbes au quotidien. Mais également de prévenir des maladies potentiellement plus graves :
  1. cardiovasculaires d’une part en permettant au cœur de ralentir et donc de s’économiser;
  2. neurologiques d’autre part, en permettant au cerveau de se nettoyer des déchets cellulaires, dont l’accumulation favorise les pathologies neuro-dégénératives.

  • Dormir diminue le mauvais stress et ses effets néfastes sur l’organisme : quand on manque de sommeil, la production de cortisol, surnommé « l’hormone du stress », augmente et impacte donc le bien-être général.
  • Dormir aide à combattre les troubles de l’humeur, dépression en tête : forcément, épuisé, on a tendance à ruminer et à se laisser submerger par la moindre petite difficulté. Bien reposé, il est plus facile de positiver !
  • Dormir stimule et consolide les apprentissages : une mauvaise nuit, c’est 30% de capacité d’assimilation d’informations en moins. Très mauvais calcul en période d’examen !
  • Dormir favorise la mémorisation et renforce donc la mémoire à court et long-terme: n’avez-vous jamais remarqué comme vous êtes étonnamment plus étourdi quand vous avez trop peu dormi ?
  • Dormir aide à réguler son métabolisme, en diminuant la production de ghréline, l’hormone qui favorise l’appétit, et donc ses prises alimentaires et son poids : dormir aide par conséquent à éloigner certaines pathologies liées à une mauvaise alimentation ou au surpoids comme le diabète de type 2. Une bonne hygiène de sommeil est donc indissociable de tout régime alimentaire.
  • Dormir booste la libido, en régulant le taux d’hormones sexuelles, notamment de testostérone. De meilleures nuits de sommeil vous assurent donc paradoxalement d’agréables nuits un peu plus agitées.
  • Dormir préserve le capital jeunesse, puisque c’est pendant la nuit que les cellules de la peau se régénèrent : un geste beauté bien plus économique et efficace que de se tartiner le visage de crèmes hors de prix.
  • Dormir favorise les relations sociales : une bonne nuit nous rend de meilleure humeur, plus ouvert et souriant… et ça se ressent directement.

Alors dormons bien car bien dormir c’est bien vivre.

  • Partager:

Laisser votre commentaire